Industrie
Quel est l’impact écologique de l’industrie du textile ?

Quel est l’impact écologique de l’industrie du textile ?

Le secteur du textile est parmi les plus polluants de la planète tant sur le mode de production que sur la manière de consommer. Pour connaitre les conséquences de l’industrie du textile sur l’environnement, suivez-nous.

1. Au niveau des matières premières

A lire en complément : Quelles sont les matières textiles les plus adaptées aux différentes saisons et aux besoins des consommateurs responsables ?

Les matières synthétiques sont les plus utilisées dans le monde de la mode. La matière première issue du pétrole représente 70 % de la production totale. Le coton ne représente que seulement 25 % de la production mondiale de matière première. L’industrie du textile utilise également des matières animales telles que la laine, la fourrure, le cuir ainsi que la soie. Certaines matières ont des impacts négatifs sur notre planète. D’où l’importance de privilégier des matières plus respectueuses de l’environnement comme le coton bio.

2. Au niveau de la fabrication

A lire en complément : La production locale : nouvelle tendance dans le textile

Dans l’industrie du textile, on utilise des produits chimiques dans le processus de fabrication, notamment lors de la teinture et le délavage. Ces produits sont responsables en partie de la pollution des eaux. Pour les eaux usées non traitées, elles se déversent directement dans les océans, ce qui pollue les écosystèmes marins.

3. Au niveau du transport

Le coût de la main-d’œuvre abordable a poussé certaines industries du textile à délocaliser leurs usines à des milliers de kilomètres. Le transport des produits génère des émissions de gaz à effet de serre équivalentes à celles du trafic maritime et aérien mondial. Que ce soit la transformation, la filature ou encore la teinture, chaque étape nécessite du transport.

4. Au niveau de l’entretien des textiles

Le lavage du vêtement après achat produit parfois des microparticules de plastique qui sont filtrées par les centrales d’épuration et atterrissent au final dans les océans. Ces deux dernières décennies, on achète deux fois plus de vêtements. De plus, nos vêtements sont gardés moins longtemps. Certains de nos vêtements restent dans nos armoires. Et pire encore, ils ne sont jamais portés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *